Comment consommer son cannabis ?

Comment peut-on consommer son cannabis ? On parle souvent de fumer, mais on parle peu de la vaporisation, l’ingestion ou encore l’application locale. Pourtant, ce sont des modes de consommations très intéressants, qui ont tout intérêt à être présenté et qui pourraient parfaitement te convenir.

Quelles sont les différentes façons de consommer son cannabis ?

Il existe trois manières principales :

  • L’inhalation : avec un joint, un vaporisateur ou une pipe.
  • Par voie orale : sous forme d’huile sublinguale, de gâteau ou même d’alcool comme la teinture.
  • L’application locale : sous forme de patch, sérum ou crème.
Personne qui inhale

Comment inhaler le cannabis ?

Tout d’abord, il faut dire qu’il y a de nombreuses façons d’inhaler la weed*. D’ailleurs la méthode la plus répandue en France, c’est de loin, le joint : avec du tabac ou pur. On peut aussi inhaler grâce à un bong, une pipe ou avec un vaporisateur.

Il existe aussi des sprays aérosols similaires à ceux pour l’asmthe. Pour le moment, ils ont surtout été utilisés pour des recherches scientifiques.


Don’t Forget : tous les produits brûlés (combustion) qu’on inhale sont toxiques pour l’appareil respiratoire, l’œsophage, les sinus, et la bouche.123


Quels sont les effets de l’inhalation ?

Quelques secondes après ta première bouffée de vapeur ou de fumée, tu commenceras à ressentir les effets.4

D’ailleurs, ils atteignent leurs pics au bout de 2 à 3 h, tu peux les ressentir jusqu’à 6 heures d’affilées. Cela dit, tu peux avoir des effets résiduels jusqu’à 12 h ou même 24 h après, surtout si tu n’as pas l’habitude de consommer.

Il faut souligner que ton corps absorbe entre 10 % et 35 %6 quand tu fumes et 50% et 80%13 quand tu vaporises.

Tu absorbes plus ou moins en fonction de la profondeur de ton inspiration, de la durée pendant laquelle tu inhales et du temps ou tu retiens la vapeur ou fumée dans tes poumons.

Pourquoi inhaler ?

De toute évidence, pour avoir des effets rapides, puissants et/ou que tu souhaites consommer en soirée ou autour d’une discussion.

bouche qui avale come l'ingestion

Comment consommer son cannabis par voie orale ?

Avant tout, cette méthode t’évite d’inhaler quoi-que, ce soit. Autrement dit, c’est pratique pour éviter les cancers et autres pathologies liées à la combustion.

Tu peux donc préparer du beurre doré, du lait ou de l’huile infusée au cannabis et l’utiliser pour cuisiner tes recettes. De même, tu peux faire une teinture qui se prendra sous la langue en « sublinguale » ou par ingestion.


À savoir : aucune distinction n’a été faite entre l’administration par voie orale et sublinguale (8) par manque de données cette dernière. En réalité, l’absorption sublinguale semble efficace mais plus de recherche concernant ce mode en particuliers nécéssaire pour que je puisse te donner des chiffres précis liés a sa conso.


En Inde, c’est une méthode de consommation très répandue, sous forme de boissons comme le bhang par exemple. D’ailleurs, ils l’utilisent pour créer une atmosphère plus détendue où chacun est ouvert à la discussion lors des événements de famille.7 Je trouve ça trop cool.

Beaucoup d’autres préparations existent, nous pouvons beaucoup apprendre sur les préparations à base de ganja* grâce à la culture indienne.

Quels sont les effets de l’ingestion ?

D’abord, la montée des effets peut durer entre 30 minutes à 3 heures. Il est donc important de patienter jusqu’au bout avant de reprendre une dose pour éviter le surdosage.

En fait, quand tu ingères une préparation à base de cannabis, ton foie métabolise le THC en une molécule. En effet, elle est 3 fois plus puissante que les autres. On l’appelle 11-OH-THC et elle est notamment à l’origine des expériences psychédéliques sous space cake.

Les effets se ressentent pendant 6 à 8 heures après l’ingestion. Selon ta tolérance. En plus, tu peux expérimenter des effets résiduels jusqu’à 24 heures après.

En réalité, le taux de THC assimilé par le sang est de 5 % à 15 %. Il dépend du matériel* utilisé, de son temps de décarboxylation ainsi que de la préparation (beurre, lait, teinture, …).

Les cannabinoïdes sont liposolubles : c’est donc en les chauffant mélangés à une matière grasse qu’ils sont extraient.

Pourquoi ingérer le cannabis ?

Les effets sont longs, prenants et puissants (selon le dosage).

Non seulement, ils peuvent te permettent de prolonger les effets de ta weed*, mais aussi d’en consommer peu. Par exemple, après avoir mangé un gâteau magique, tu n’auras pas envie de te couler une douille ou de fumer un splif aha.


Be careful : c’est important de doser le produit avec une méthode précise. C’est-à-dire que le dosage ne s’effectue pas au hasard.


Pot de crème de weed cannabis rose

Est-ce possible de consommer du cannabis par application locale ?

Effectivement, il existe de nombreux produits contenant du CBD ou du THC qui s’applique sur la peau. Notamment des crèmes, des baumes, des patchs (transdermiques*) ou même des boules de bains. D’ailleurs, ils ne s’appuient sur aucune évidence scientifique.

Consommer du cannabis par application sur la peau, ça fonctionne ?

Il n’y a pas de preuve qu’ils fonctionnent, d’autant plus que les cannabinoïdes sont imperméables : il est difficile pour eux de traverser la peau.

En revanche, leur utilisation est moins intimidante qu’un joint ou un vaporisateur et pourrait avoir un intérêt si elle se révèle fonctionnelle…

Quels sont les effets d’une crème ou d’un patch au cannabis ?

À l’heure actuelle, il y a peu de données cliniques sur la consommation de cannabis par application locale. Par exemple, il est commun de lire que l’effet est rapide et qu’il dure à peine quelques heures.10 En revanche, tu ne seras pas def suite à son application.

Quant à eux, les patchs transdermiques peuvent provoquer des effets9 pendant plusieurs heures, et même jusqu’à plus de 12 heures. En effet, ils permettent aux cannabinoïdes d’entrer directement dans le système sanguin. Tu peux donc être high avec ce type de patch.


Pourquoi utiliser des crèmes ou shampoings à la weed

Malgré l’absence de preuves concernant leur efficacité, les baumes, crèmes et shampooings pourraient soulager tes douleurs et démangeaisons.

Ces produits sont intéressants, car ils sont indétectables aux tests de dépistages11 et n’interagissent pas avec les traitements que tu peux prendre.

Et le high dans tout ça ?

Ce petit graphique illustre la sensation ressentie avec le high par inhalation et par ingestion.

Existe-t-il d’autres méthodes pour consommer le cannabis ?

Effectivement, d’autres méthodes de consommation existent et sont en développement. Notamment des ovules vaginaux, mais aussi des suppositoires ou encore des gouttes pour les yeux.

Finalement, si tu limites ta consommation de beuh* à l’inhalation, tu passes à côté de mode de consommation qui pourrait tout à fait te convenir dans certains contextes. Un petit lait magique avant un dîner, une douille au vaporisateur pour un moment détente ou encore un ovule pour lutter contre tes douleurs d’endométriose par exemple.

Alors, tu aimerais tester quel mode de consommation ?


Avertissement : l’usage, la consommation, la détention, ou encore l’acquisition, de l’une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est strictement interdit par la loi. Clique-ici pour en savoir plus.


*Vocabulaire issu de la prohibition

With love,

Mme Weed

  1. Cannabis use disorder and the lungs. Addiction (Abingdon, England)116(1), 182–190. Gracie, K., & Hancox, R. J. (2021).
  2. Effects of marijuana smoking on the lung. Annals of the American Thoracic Society10(3), 239–247. Tashkin D. P. (2013).
  3. Chemistry of Cannabis. In J. Fischedick, M. Díez, A. Lubbe, & R. Ruhaak (Eds.), Chemistry, Molecular Sciences and Chemical Engineering (Vol. 3, pp. 1033–1084). Hazekamp, A. (2010).
  4. Practical considerations in medical cannabis administration and dosing. European journal of internal medicine49, 12–19. MacCallum, C. A., & Russo, E. B. (2018).
  5. Pharmacokinetics and pharmacodynamics of cannabinoids. Grotenhermen F.
  6. The pharmacokinetics and the pharmacodynamics of cannabinoids. British journal of clinical pharmacology84(11), 2477–2482. Lucas, C. J., Galettis, P., & Schneider, J. (2018).
  7. The Use of the Cannabis Drugs in India. I. C. Chopra, R. N. Chopra
  8. A meta-opinion: cannabinoids delivered to oral mucosa by a spray for systemic absorption are rather ingested into gastro-intestinal tract: the influences of fed / fasting states. Expert opinion on drug delivery16(10), 1031–1035. Itin, C., Domb, A. J., & Hoffman, A. (2019).
  9. Dermal and Transdermal Delivery. In: Bhushan B. (eds) Encyclopedia of Nanotechnology. Springer, Dordrecht. Godin B., Touitou E. (2012)
  10. Topical Medical Cannabis: A New Treatment for Wound Pain-Three Cases of Pyoderma Gangrenosum. Journal of pain and symptom management54(5), 732–736. Maida, V., & Corban, J. (2017).
  11. Topical application of THC containing products is not able to cause positive cannabinoid finding in blood or urine. C.Hess, M.Krämer, B.Madea
  12. Comparative pharmacology of Delta9-tetrahydrocannabinol and its metabolite, 11-OH-Delta9-tetrahydrocannabinol
  13. Pharmacokinetics of cannabinoids