Comment fonctionne l’effet d’ensemble du cannabis ?

L’effet d’ensemble du cannabis est un principe qui a été découvert en 1998 pendant l’étude du système endocannabinoïde.1 Je vais t’expliquer facilement comment il fonctionne et comment s’en servir pour moduler ton expérience avec la beuh.

Qu’est-ce que l’effet d’ensemble ?

Tout d’abord il est souvent appelé « effet d’entourage » d’ailleurs et… c’est imprécis.


Pourquoi « effet d’entourage » c’est imprécis ?

L’effet d’entourage signifie qu’une molécule « principale » est accompagnée par d’autres molécule. C’est cette molécule « principale » qui est responsable des effets que tu ressens.

Or, l’effet que tu ressens avec la weed n’est pas du à une seule molécule mais plusieurs qui sont chacunes nécéssaires pour donner le meilleur effet posssible. Ce sont majoritairement les phytocannabinoïdes et les terpenoïdes.

C’est donc pour ça que le terme « effet d’ensemble » correspond mieux à l’expérience que le cannabis te fais vivre.

Comme l’illustre Dr. Lester Grinspoon ici.


C’est le travail en synergie, c’est-à-dire ensemble, des différents composés du cannabis, mais aussi de ton système endocannabinoïde, comme les endocannabinoïdes qui sont produits par ton corps.

Notamment, l’anandamide et 2-AG, qui sont les plus connues.

Quels sont les différents composés du cannabis ?

D’abord, il faut dire qu’ils sont nombreux : il y a environ 545 composés dans le cannabis.2 En d’autres termes, ce sont les cannabinoïdes, terpenoïdes, et flavonoïdes, …

En bref, ils travaillent ensemble pour compléter l’effet des cannabinoïdes. En effet, beaucoup d’interactions se produisent au sein de ton corps et produisent l’effet final que tu ressens. 

Enfin, pour l’illustrer, imagine un orchestre où plein de musiciens supportent et harmonisent la mélodie jouée par les solistes. En définitive, c’est ça l’effet d’ensemble.

personnes qui interagissent ensemble

Comment fonctionne l’effet d’ensemble ?

Tout d’abord, l’effet d’ensemble n’est pas présent seulement dans le cannabis. Mais pour celui-ci, il repose sur trois mécanismes principaux 34 :

Premièrement, les composés s’attachent à de multiples récepteurs dans notre corps, ce qui améliore les effets des cannabinoïdes.

Deuxièmement, un composé peut influencer le mouvement d’un autre composé dans le corps.
Par exemple, le terpène pinène permet à tes poumons d’absorber plus de cannabinoïdes. Le limonène lui peut aussi te rendre euphorique.

Les terpènes constituent les saveurs et senteurs. On les retrouve partout : dans la nature, les plantes et la nourriture du quotidien.

Troisièmement, les composés peuvent également interagir entre eux pour réduire ou neutraliser des effets indésirables. Par exemple, le THC seul peut provoquer de la paranoïa et de l’anxiété, y ajouter du CBD permet de réduire ces effets, même les faire disparaître.

Ensuite, on note deux principales synergies dans l’effet d’ensemble :
  • Entre les cannabinoïdes eux-mêmes.5 D’ailleurs, des études montrent un meilleur soulagement des symptômes chez les personnes ayant reçu un mélange de cannabinoïdes (CBD+THC) plutôt qu’un extrait pur (CBD ou THC).6789
  • Avec les terpènoïdes.10 Le concept de synergie chez les plantes à été démontré grâce à l’action des cannabinoïdes et des terpènoïdes dans l’effet procuré par la plante.1112 En effet, cette découverte a pu aider les chercheurs à identifier pourquoi des extraits spectre complets sont plus efficaces que des extraits purs. 

*Extrait spectre complet : extrait qui contient tous les composés de la plante. (Ex : crumble de CBD full-spectrum/spectre complet)

*Extrait purs : isolat. Contiens un composé de la plante. (Ex : huile de CBD pur)

Enfin, associés entre eux et à une certaines concentration (%), les cannabinoïdes, terpènes, flavonoïdes et les autres composés du cannabis te font ressentir un effet particulier, qui est unique à chaque plante.

Par ailleurs, de nombreuses études montrent l’effet d’ensemble.13141516171819

Pourquoi est-il important de connaître l’effet d’ensemble ?

Connaître l’effet d’ensemble, c’est pouvoir choisir une variété, selon son profil de cannabinoïdes et de terpènes pour ressentir l’effet que tu choisis.

Les terpènes dominant d’un chemovar* définissent certainement ses effets. En fait, ce sont même eux qui déterminent si l’effet est stimulant ou sédatif et sil sera mieux pour traiter la douleur, l’inflammation, l’anxiété, l’épilepsie ou encore la dépression.3

Chemovar* : manière de classer les variétés de cannabis selon ses cannabinoïdes et ses terpènes dominants.

Par exemple, si ta beuh a comme terpène dominant le pinène, ça peut aider à la concentration. Celles avec du linalool ou du beta-caryophyllène peuvent aider contre les insomnies.


Don’t forget : ce qui détermine l’effet de la plante que tu consommes, c’est son profil de composés.


Comment l’intégrer dans sa consommation ?

Avant tout, c’est important de préférer les produits à spectre complet plutôt que les isolats.

Voici 4 étapes pour optimiser ton expérience ou pour choisir la weed* qui convient à tes besoins et envies :

1 – Commence par définir un objectif : demande-toi quel type d’expérience tu souhaites vivre avec le cannabis ? Est-ce que tu as envie de passer une soirée relaxante, avoir une meilleure concentration ou bien soulager une douleur ?

2 – Deuxièmement, renseigne toi sur les cannabinoïdes et terpènes qui peuvent devenir tes meilleurs alliés pour ressentir l’effet que tu désires tant.

3 – Par la suite, choisis des variétés (chemovar) avec un % élevé de ceux qui t’intéresse.

4 – Pour terminer, essaie et note les effets afin de vérifier s’ils conviennent à l’objectif que tu t’es fixé.

C’est vraiment important de définir un objectif quand tu consommes, car ça participe à savoir pourquoi tu consommes. Effectivement, c’est une des clés de la consommation intentionnelle.

Comment moduler les effets de ta weed* ainsi que ton expérience ?

  • Mélange des variétés. Mélange le CBD, THC, CBG, CBC, … à différents ratio (1:1 = meme dose)et pareil pour les terpènes.
  • Ajoute des herbes séchées dans ton vaporisateur ou ton bédo. Comme un peu de lavande* avant d’aller dormir et du romarin* pendant la journée afin d’aider ta concentration et ta mémoire.
  • Si tu fumes, il existe des feuilles de papier à rouler infusées aux terpènes.
  • Créer un environnement propice avec des huiles essentielles, de l’encens afin d’en respirer l’air avant de commencer ta session.
  • « Infuse » ta weed* avec des herbes sèches dans ton pot/pochon ou juste avec un coton d’huile essentielle (de qualité pour éviter les ingrédients étranges).
  • Médite au quotidien, car ça te permet de profiter de l’instant présent et de te rendre compte de tes pensées qui tournent en boucle dans ta tête sans que tu ne t’en rendes compte. Ce qui peut aussi cacher une consommation problématique et t’aider à moins consommer.

Lavande et romarin : peu suffit ! Ces herbes sont riches en terpènes, il n’y a donc pas besoin de beaucoup. La lavande contient le terpène linalool et le romarin le pinène.

Ces tips ne reposent sur aucune littérature scientifique et sont basés sur du bon sens.

Il y a encore de nombreuses recherches nécessaires sur l’effet d’ensemble afin de comprendre les composés utiles pour atteindre un effet désiré. On pourrait par exemple avoir des variétés pour certaines maladies ou encore pour différents effets souhaités… Mentionnons que les possibilités sont infinies : d’une beuh* qui te frappax à ne plus pouvoir en ouvrir les yeux à une ganja* qui te donne l’impression de flotter tout au long de ta journée en passant par celle qui soulage la chimiothérapie …

Une question sur l’effet d’ensemble ? Une incompréhension ? Les commentaires sont faits pour toi !


Avertissement : l’usage, la consommation, la détention, ou encore l’acquisition, de l’une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est strictement interdit par la loi. Clique-ici pour en savoir plus.


* Mots issues de la prohibition du cannabis

With love,

Mme Weed

Mes sources

1 – An entourage effect: inactive endogenous fatty acid glycerol esters enhance 2-arachidonoyl-glycerol cannabinoid activity.Ben-Shabat S, Fride E, Sheskin T, Tamiri T, Rhee MH, Vogel Z, Bisogno T, De Petrocellis L, Di Marzo V, Mechoulam REur J Pharmacol. 1998

2 – Non-Cannabinoid Metabolites of Cannabis sativa L. with Therapeutic Potential – Henry Lowe , Blair Steele*, Joseph Bryant, Ngeh Toyang and Wilfred Ngwa

3 – Russo E. B. (2011). Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects. British journal of pharmacology.

4 – Wagner, H., & Ulrich-Merzenich, G. (2009). Synergy research: approaching a new generation of phytopharmaceuticals. Phytomedicine : international journal of phytotherapy and phytopharmacology, 16(2-3), 97–110.

5 – A new ESI-LC/MS approach for comprehensive metabolic profiling of phytocannabinoids in Cannabis – Paula Berman , Kate Futoran , Gil M Lewitus , Dzmitry Mukha, Maya Benami , Tomer Shlomi  , David Meiri 

6 – Pamplona, F. A., da Silva, L. R., and Coan, A. C. (2018). Potential clinical benefits of CBD-rich Cannabis extracts over purified CBD in treatment-resistant epilepsy: observational data meta-analysis. 

7 – Potential Clinical Benefits of CBD-Rich <i>Cannabis</i> Extracts Over Purified CBD in Treatment-Resistant Epilepsy: Observational Data Meta-analysis. Pamplona FA, da Silva LR, Coan AC

8 – Pharmacological Foundations of Cannabis Chemovars. Lewis MA, Russo EB, Smith KM

9 – Synergy research: approaching a new generation of phytopharmaceuticals – H Wagner 1, G Ulrich-Merzenich

10 – Identification of Synergistic Interaction Between Cannabis-Derived Compounds for Cytotoxic Activity in Colorectal Cancer Cell Lines and Colon Polyps That Induces Apoptosis-Related Cell Death and Distinct Gene Expression

11 – Side effects of pharmaceuticals not elicited by comparable herbal medicines: The case of tetrahydrocannabinol and marijuana – Article in Alternative Therapies in Health and Medicine · August 1999

12 – Cannabis and Cannabis Extracts. Greater Than the Sum of Their Parts? John M. McPartland DO, MS  & Ethan B. Russo MD

13 – Multicenter, double-blind, randomized, placebo-controlled, parallel-group study of the efficacy, safety, and tolerability of THC:CBD extract and THC extract in patients with intractable cancer-related pain.Johnson JR, Burnell-Nugent M, Lossignol D, Ganae-Motan ED, Potts R, Fallon MT

14 – Gallily R., Yekhtin Z., Hanus L. (2014). Overcoming the bell-shaped dose-response of cannabidiol by using cannabis extract enriched in cannabidiol.

15 – Appraising the « entourage effect »: Antitumor action of a pure cannabinoid versus a botanical drug preparation in preclinical models of breast cancer.Blasco-Benito S, Seijo-Vila M, Caro-Villalobos M, Tundidor I, Andradas C, García-Taboada E, Wade J, Smith S, Guzmán M, Pérez-Gómez E, Gordon M, Sánchez C

16 – Chronic administration of cannabidiol to healthy volunteers and epileptic patients. Cunha JM, Carlini EA, Pereira AE, Ramos OL, Pimentel C, Gagliardi R, Sanvito WL, Lander N, Mechoulam R

17 – A new ESI-LC/MS approach for comprehensive metabolic profiling of phytocannabinoids in Cannabis. Berman P, Futoran K, Lewitus GM, Mukha D, Benami M, Shlomi T, Meiri D

18 – Cannabis and cannabinoid drug development: evaluating botanical versus single molecule approaches. Bonn-Miller MO, ElSohly MA, Loflin MJE, Chandra S, Vandrey R

19 – Food and Drug Administration (2015). Botanical Drug Development Guidance for Industry ed. Services U.S.D.o.H.a.H. (Washington, DC: Food and Drug Administration;

The Terroir of Cannabis: Terpene Metabolomics as a Tool to Understand Cannabis sativa Selections (2019). Elizabeth M Mudge, Paula N Brown, Susan J Murch